Emma: le syndrome du père.

Emma a 38 ans au moment de la consultation. C’est une jeune femme très séduisante, sexy même, indépendante financièrement, pétillante, populaire auprès de ses amis, très vive. C’est aussi une jeune femme qui « n’y arrive pas »: à trouver l’amour, à construire une relation équilibrée en dépit de ses atouts évidents. Elle a bien eu quelques relations par le passé, mais sans épanouissement. Elle a un fort désir d’enfant, et l’horloge biologique tournant, a décidé de consulter pour identifier d’où viennent les blocages.

 

La carte astrale

Au premier coup d’oeil, je peux identifier le profil d’Emma: « unfinished business ». Une très grande majorité de planètes se trouvent dans la partie inférieure de la carte, entre les maisons 1 et 6, ce qui signifie que l’enfance n’a pas permis à Emma de développer une maturité émotionnelle suffisante pour affronter l’âge adulte avec confiance. D’emblée, en face d’un profil « unfinished business », on sait que le consultant prendra de mauvaises orientations dans la première partie de sa vie, lesquelles l’amèneront à des échecs ayant pour but de le faire mûrir – de devenir enfin adulte. Tant que les leçons ne sont pas apprises, la personne reste bloquée dans un phénomène de répétition.

Ici, le problème est clairement identifié: d’un point de vue géocentrique, Saturne est rétrograde. L’origine du problème est, au moins en partie et sans nul doute, un problème avec le père. Le père a pu être absent (physiquement aussi bien qu’émotionnellement), ou abusif, ou violent… Saturne rétrograde est aussi bien présent dans des cas de père absent pour raison professionnelle ou divorce que dans les cas d’alcoolisme par exemple, ou de sévérité extrême. Parfois le problème n’est pas si apparent, et il m’est arrivé en consultation, en soulevant ce problème, d’avoir pour réponse: « Non, mon père était aimant… Il travaillait beaucoup, certes, mais il n’y a jamais eu de problème. » Il faut alors pousser un peu le consultant: « Combien de fois votre père vous a-t-il encouragé? Vous a-t-il dit qu’il vous aimait? Qu’il était fier de vous…? Qu’il a pris le temps de jouer avec vous?  » Etc. Ces questions ouvrent souvent la porte à des conversations riches et à des prises de conscience nécessaires pour évoluer.

Nous savons aussi que Saturne rétrograde provoque des sentiments d’infériorité  (plus ou moins profonds, selon l’état céleste de Saturne) qui sont souvent invalidants pour la construction de sa vie. C’est compréhensible: si notre première expérience de la sécurité et de l’émotionnel se fait au contact de la mère (la mère-peau, la mère qui sécurise, qui nourrit…), la première expérience du monde extérieur – et donc en quelque sorte de la société – se fait au contact du père. Si le père ne soutient pas le développement, n’accompagne pas l’enfant en le guidant dans le cadre d’une éducation structurée et aimante, le message retenu est le plus souvent « que l’on en vaut pas la peine aux yeux des autres ».

Dans le cas d’Emma, aucune difficulté à reconnaître les problèmes: « Oui, ils ont divorcé… mais avant ça ma mère m’a laissée quelques temps seul avec lui. Nous n’avons jamais vraiment eu de rapports normaux… »

De là, nous passons à un autre point important de la carte: la conjonction Mercure/Vénus, un des signatures de l’idéalisme (amoureux puisque Vénus est impliquée). Et à un autre enfin: Uranus est sans aspect majeur en Scorpion (un composant sexuel), dans la Maison 11, l’amour reçu, ou plus exactement: l’amour que l’on espère recevoir, à quel point on se sent « aimable », etc… Cet Uranus est la clé pour comprendre l’attitude très sexy d’Emma, les efforts déployés pour être aimable (ainsi que le fait qu’elle soit très active socialement, entourée de très nombreux amis). Il y a bien sûr de nombreux autres éléments à prendre en compte dans l’analyse (mi-points, etc…) mais cette structure – père absent, idéalisme, complexe d’infériorité, besoin constant d’être rassuré quant au fait d’être sexy et désirable – constitue l’ossature du thème, la tension qu’il faut résoudre pour pouvoir par la suite exploiter les promesses contenues dans le thème.

En résumé: la structure psychologique d’Emma est celle d’une personne qui n’a pas été correctement reconnue et accompagnée par son père,  a développé un idéalisme affectif pour compenser (un jour mon prince viendra…), et qui pour contrer un sentiment d’infériorité prégnant a tendance a forcer sur le côté sexy afin d’attirer les hommes et de sentir aimable, désirable, et reconnue par les autres. Nous sommes un peu en présence d’un complexe « Marylin Monroe »


 

A lire aussi: qu’est-ce qu’AstroCoaching?

La prise de conscience.

Comme je l’ai expliqué je ne vais pas ici détailler toute la carte. Mais au cours de la consultation – très longue, plus de deux heures dans ce cas – Emma a reconnu les points suivants:

  • Pour la première fois, elle a reconnu le besoin d’une relation harmonieuse et paisible (alors qu’elle avait toujours cru que seule une relation « volcanique » type passion orageuse pouvait la combler).
  • Elle a compris combien sa relation avec son père l’avait affectée. En fait, elle a même reconnu qu’au fond, elle s’était fermée à lui et ne le respectait pas: elle ne lui a jamais reconnu la place d’homme de la maison. La conséquence: elle refusait cette place à tous les hommes qui se présentaient désormais à elle.
  • Elle a réalisé que, en raison de cette relation, sa façon de donner de l’amour n’était pas correcte: généreuse et aimante au début de la relation, emportée par son idéalisme (« il est super, c’est le bon ») elle donnait tout… pour tout reprendre ensuite, à la première désillusion (c’est à dire quand l’idéalisme se trouvait malmené par le réel). Elle pouvait alors devenir invivable, vindicative, etc…
  • Elle prit aussi conscience de son problème d’estime d’elle-même: inconsciemment, elle recherchait toujours des partenaires qui la confortaient dans l’idée qu’elle « n’était pas à la hauteur ».

Cette consultation a été très importante pour Emma: au moment de notre entrevue, elle contemplait le recours à une insémination artificielle avec donneur anonyme afin d’avoir un bébé. Son plan était de faire venir sa mère vivre avec elle. Emma travaillerait, tandis que sa mère élèverait le bébé. En clair, elle s’apprêtait à recréer un couple avec sa mère, et à occuper, elle, la place du père. Suite à notre discussion, elle a décidé de ne pas mettre son projet à exécution et de suivre un coaching.

 

Le coaching

Nous avons convenu que le coaching aurait deux directions: 1/ changer le style de vie (c’est dire se contrôler davantage sur le plan sexuel – c’est à dire choisir avec davantage de soins des partenaires qui le méritent au lieu de se gâcher avec des personnes qui ne pouvaient que renforcer une mauvaise image d’elle-même) 2/ combler les besoins professionnels exprimés dans la carte. Ici il s’agissait surtout de combler les besoins d’une Lune en Vierge en Maison 9: besoin d’être précise, juste, affinée, efficace et reconnue pour ses qualités de discernement, ce qui devait passer par des études. Il ne s’agit pas ici d’une diversion: dès lors qu’une personne trouve une sécurité émotionnelle, notamment dans le cadre professionnel, le chemin devient aussitôt plus facile. Et Emma avait, au début de la consultation, émis des désirs d’évolution.

Elle était alors esthéticienne et masseuse, mais son intérêt actuel résidait dans la diététique. Elle avait toutefois un doute: serait-elle à la hauteur d’un domaine si compliqué. Pour moi, il n’y avait aucun doute que cette voie était toute indiquée: il y a un lien fort dans la carte entre beauté, santé, précision … ainsi que des capacités pour enseigner (mais c’était trop juste à ce stade pour les prendre en compte). Je lui ai donc recommandé de suivre une formation.

Un an plus tard, Emma est sur le point de passer son diplôme en diététique. Elle travaille aussi désormais avec un dermatologue qui l’a fait admettre dans un cours de médecine traditionnelle chinoise, avec lequel elle apprend des techniques de soin naturels qui combinent diététique, produits faits sur mesure, et même acupuncture.

Elle a résolu son conflit avec son père et si elle est toujours célibataire, à ce jour, sa vie est beaucoup plus calme, équilibrée et épanouie. Pour la prochaine rencontre, elle sera prête, il n’y a aucun doute.

 

Laurent Botti

Conseils, news, vignettes… Retrouvez-moi sur Facebook en cliquant ci-dessous:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *